ALOEN

Fondée en 2005, l’Agence Locale de l’Energie de Bretagne Sud est une association basée à l’Espace Info Habitat de Lorient, et financée à près de 100 % par des fonds publics (Lorient Agglomération, Région Bretagne, ADEME Bretagne, Conseil Départemental, Auray Quiberon Terre Atlantique, bailleurs sociaux, Ville de Lorient). Forte de cette neutralité, elle œuvre au quotidien pour la transition énergétique et écologique du territoire : conseils aux particuliers en matière de rénovation énergétique (Espace Info Energie), accompagnement de petits groupes de citoyens vers la transition écologique (Conversations Carbone, Parcours de la Transition…), actions de lutte contre la précarité énergétique, accompagnement des entreprises, etc.

Plus d’informations sur aloen.fr.

Idées Détournées (IDD)

Depuis 2007, Idées Détournées est un catalyseur d’énergie créative sur le territoire de Lorient. L’association invite les habitants à détourner matériaux et objets de récupération, avec un peu d’huile de coude et beaucoup de système D, pour en faire de fabuleux décors déchetteriques. Elle rassemble des gens de tous horizons, autour d’événements populaires, culturels, artistiques à haute valeur humaine et environnementale. Idées Détournées a assuré la quasi-totalité des décors et signalétiques du jeu ainsi que la partie restauration.

Plus d’informations sur https://ideesdetournees.espacedons.com/

Cohérence

L’association Réseau Cohérence regroupe principalement en Bretagne plus d’une centaine d’adhérents (associations, syndicats, entreprises, agriculteurs, particuliers). Depuis 1997, Cohérence, c’est à dire le cœur de ce réseau, développe des outils adaptés à la transversalité des problématiques (écologiques, économiques, sociales et solidaires). Ces outils s’appuient sur la démocratie participative et la coopération entre les acteurs de la société civile et les élus des territoires.


www.reseau-coherence.org

AudéLor

AudéLor est une association loi 1901, déclarée en 2000, qui relève d’un statut privé et dont les membres sont des entités publiques et privées ayant des compétences en matière de développement et d’aménagement. 

Les travaux de l’agence sont structurés à travers 7 grands axes d’actions et de développement qui donnent à imaginer l’orientation de ceux qui sont à venir  :

  • Disposer d’une stratégie territoriale
  • Rendre attractif le pays de Lorient
  • Développer les coopérations territoriales
  • Accompagner le développement des entreprises notamment par l’innovation
  • Renforcer nos centralités urbaines et commerciales
  • Comprendre et intégrer les mutations et les transitions économiques et sociales
  • Agir sur le foncier et valoriser nos ressources

Site web : www.audelor.com

Optim-ism

Optim-ism exerce 6 activités dans le champ de l’économie sociale et solidaire (production et commercialisation de légumes bio, aménagement et entretien d’espaces verts naturels et urbains, transport de marchandises à vélo, tri pour la valorisation de déchets ménagers, écopâturage, animation et éducation à l’environnement).

La production (2 sites d’exploitation à Riantec et à Pont-Scorff) et la commercialisation de légumes biologiques constituent sa principale activité en terme d’emploi (40 emplois relevant de la MSA) et représentent un chiffre d’affaire de 250 K€ (370 adhérents paniers).

Ces deux caractéristiques en font la première entreprise du pays de Lorient dans son domaine.

Facebook : @OptimismLorient

Site : optim-ism.fr

La CSF (Confédération Syndicale des Familles)

La Confédération Syndicale des Familles est présente sur le territoire depuis plus de 50 ans en tant qu’association de consommateurs et de locataires.

La Confédération Syndicale des Familles est une association d’éducation populaire, elle s’appuie sur les réalités du « terrain » pour représenter les usagers auprès des différentes instances.

Elle se mobilise pour un mieux vivre ensemble et un cadre de vie de qualité.

Collectif Autres Horizons

 
Le Collectif Autres Horizons a été créé en Novembre 2013 pour mettre en place une dynamique d’entraide , impulser un élan solidaire entre les individus, associations, mouvements, groupes de musiciens etc…
Il se compose actuellement de plusieurs partenaires d’horizons différents (Association Akwaaba Breizh, Incroyables Comestibles Lorient, Celtics Club Larmor-Plage, Le Klak, La Compagnie du Funambule, Place des Rencontres… et nous espérons que d’autres structures nous rejoindront d’ici peu…
Il tente de faire prendre conscience qu’ensemble, un monde de partage peut être une alternative au mode actuel de consommation et propose de nouvelles visions de la citoyenneté via la solidarité, la création d’activités socialement utiles. Une de ces actions « la gratiféria » vient d’atteindre sa 20e édition, c’est un moyen simple de lutter contre le consumérisme !
« Tout seul on va plus vite, ensemble on va plus loin » !
 
 

Collectif Syklett

Le Collectif Syklett regroupe trois associations (Vél’Orient, Optim-ism et la Sauvegarde 56) à l’origine de l’atelier de réparation de vélo participatif et solidaire « L’Abri Syklett » qui fêtera ses deux ans d’ouverture au mois de septembre prochain. L’atelier est ouvert à toutes et à tous, du mardi au samedi, pour réviser son vélo sur des temps en autonomie et/ou d’aide à la réparation. Les membres de l’équipe Syklett organisent également des ateliers de réparation mobile « Ti Syklett » sur le marché bio du mardi soir, des cours de vélo-école pour les adultes et adolescents et des ateliers « Mécanique au féminin » qui reprendront à la rentrée prochaine. Le Collectif a également lancé une nouvelle activité – Happy Syklett – qui propose des balades en vélo triporteur à destination des personnes à mobilité réduite à l’échelle du Pays de Lorient.

Plus d’infos sur syklett.bzh

APALA

APALA est une association qui développe et rend accessibles des techniques soutenables (low-tech) sur les sujets de :

  • l’ ÉNERGIE avec le poêle fusée à inertie, un poêle à bois auto-constructible aussi appelé batchrocket,
  • l’ HABITAT avec le mur à inertie, la serre-dôme et des ateliers bois
  • l’ ALIMENTATION avec de la sensibilisation sur la portée écologique de l’alternative végétale et de l’éducation à la culture des végétaux via la serre-dôme.

Plus d’informations sur apala.fr

Association Blé Noir – Monnaie locale « Le Segal »

L’association Blé noir est née en juin 2015 à l’initiative d’habitant.e.s qui se réunissaient déjà depuis plus d’une année pour créer une monnaie locale : « Il y a plus de 35 monnaies locales en France, et un grand nombre à travers le monde, et pourquoi pas ici ? » ont-ils pensé.

La charte et les statuts ont été créé collectivement.

Elle fonctionne sous forme de collégiale. Ses réunions sont ouvertes à tous et à toutes.

Actuellement, elle rassemble 300 adhérents et adhérentes et plus de 70 partenaires.

Son objectif : apporter au Pays de Lorient une monnaie locale qui irrigue tout le territoire et favorise l’économie circulaire ! Bref, enrichir notre région plutôt que les paradis fiscaux.

Son rôle : Blé noir est la structure porteuse du segal, en accord avec la loi sur l’économie sociale et solidaire du 31 juillet 2014, qui permet l’existence des monnaies complémentaires dans la mesure où elles sont portées par une structure officielle. Elle gère les échanges euro/segal. Elle développe le réseau partenaires et adhérents. Elle participe à de nombreux événements locaux et elle est insérée dans le tissu associatif du Pays de Lorient.

Le segal : la monnaie locale du Pays de Lorient

Depuis le 27 janvier 2018, le Pays de Lorient est doté d’une monnaie locale complémentaire. Baptisée segal, elle a été créée par l’association Blé noir.

Comment fonctionne le segal ? « C’est comme l’euro ». Pour éviter la fraude Les billets sont imprimés sur du papier sécurisé, filigrané, avec des encres particulières, indélébiles et une bande magnétique.

Qui peut utiliser le segal ? Pour pouvoir utiliser cette monnaie locale, il suffit d’adhérer à l’association Blé noir, d’échanger ses euros contre des segals auprès des quelque 20 comptoirs d’échange répartis sur les 30 communes du Pays de Lorient. Pour ce qui est de la conversion, rien de plus simple : « 1 euro = 1 segal. Segal et euro peuvent être combinés, pour payer comme pour rendre la monnaie. » Les clients peuvent ensuite utiliser leurs segals chez les partenaires du réseau identifiés par un macaron  et une affiche « Ici, vous pouvez payer en segal ». Blé noir compte à ce jour plus de 300 adhérent.e.s particuliers, ainsi que près de soixant-dix  partenaires : commerçants, artisans, professions libérales, restaurateurs… La monnaie peut aussi être utilisée et échangée sur le marché de Merville ou le marché bio du mardi soir ainsi que chez quelques partenaires.

À quoi sert une monnaie locale ? L’objectif de cette monnaie locale complémentaire est de favoriser le développement économique du territoire en relocalisant la circulation de la monnaie et ainsi de dynamiser l’économie locale. Les euros convertis sont placés dans une banque éthique, la Nouvelle économie fraternelle (NEF), pour constituer le fonds de garantie.

Pourquoi le segal ? Le nom segal signifie seigle en breton. Dans la culture populaire, le « s’gal » désignait la petite monnaie. Ce nom a été choisi, après plusieurs consultations publiques, lors d’un vote en réunion plénière.

La Feuille d’Erable

La Feuille d’Erable, Entreprise d’Insertion, existe depuis 1983 à Rennes et s’est implantée en 2012 dans le Morbihan à Quéven.

L’activité économique de l’entreprise s’inscrit dans la filière du recyclage et de la récupération. Nous collectons, trions et garantissons le recyclage des papiers de bureau, des cartons, des cagettes et tous les autres déchets recyclables de bureau (ampoules, piles, plastiques, gobelets, etc.) produits par les entreprises, les administrations sur l’ensemble de la Bretagne.

La Feuille d’Erable place l’humain au centre de son action. Nous avons pour projet social, l’insertion par l’activité économique des personnes très éloignées de l’emploi. Une partie des postes de travail proposés est réservée à des salariés relevant de l’insertion, bénéficiant d’un contrat de travail de droit commun.

Afin de sensibiliser le plus grand nombre au recyclage et à la bonne gestion des déchets, nous proposons des prestations de formations auprès des professionnels, et des animations/sensibilisations auprès des écoles. Des ateliers ludiques sont organisés autour du tri des déchets, et des explications sur les différentes filières de recyclage sont données afin de sensibiliser à la protection de l’environnement et la préservation de nos ressources.

Collectif pour une transition citoyenne Lorient Bretagne Sud

Afin de mutualiser leurs forces et leur dynamisme, plusieurs structures locales se sont rassemblées en collectif : les Colibris, les Jardins de Cocagne, Enercoop, l’Age de faire, la Monnaie Locale, Bretagne Energies citoyennes, ainsi que quelques habitants motivés. Le Collectif pour une transition citoyenne a organisé la première « Fête des possibles » en septembre 2017, avec, notamment, un parcours de la transition allant de Port-Louis à Locmicquélic en passant par Riantec afin de mettre en avant les dynamiques locales pour un avenir radieux ! Les actions du collectif se poursuivent, il proposera aux habitants du Pays de Lorient de se lancer dans une semaine « avec ou sans » du 13 au 20 octobre 2019, par exemple : « Avec des économies d’eau », « sans viande », « avec des produits alimentaires locaux », « Avec 30 min de piano par jour », etc.

 

Lorient Agglomération – Plan Climat

Isabelle Malot, Chargée de mission Plan Climat Air Energie Territoire (PCAET) et Laëtitia Lallouet, Chargée de mission projet SOLENN à Lorient Agglomération.

(Photo : Isabelle Malot, chargée de mission Plan Climat Air Energie Territoire (PCAET) et Laëtitia Lallouet, chargée de mission projet SOLENN à Lorient Agglomération).

Lorient Agglomération, 3e agglomération de Bretagne, regroupe 25 communes et représente 207 293 habitants. Dès sa création, Lorient Agglomération s’est inscrite dans un processus de développement durable. En 2012, un Agenda 21 – dont le Plan climat-énergie territorial représentait le volet énergie-climat – a été adopté à l’unanimité. Reconnue pour ces engagements, l’agglomération est labellisée « territoire à énergie positive pour la croissance verte », « territoire zéro gaspillage, zéro déchets » et Cit’ergie. Ces labels récompensent les nombreuses actions de lutte contre le changement climatique engagées sur le territoire.
Le grand jeu s’est construit en lien étroit avec la mission Plan Climat de Lorient Agglomération. En effet, alors qu’une nouvelle version sera votée à l’automne 2018, les habitants ont été mis à contribution au printemps pour apporter leurs idées et réflexion sur ce document qui dresse la feuille de route de la transition écologique du territoire pour les 6 années à venir. Les premières idées de défis du jeu ont émergé en s’inspirant de ces pistes d’actions pour le Plan Climat.

Les petits débrouillards

L’association Les Petits Débrouillards Grand Ouest fait partie d’un mouvement d’éducation populaire qui vise à permettre l’accès de tous aux connaissances scientifiques et techniques pour mieux agir en tant que citoyen actif et raisonné, prenant part aux débats de société. Son fonctionnement, entièrement démocratique, repose sur le travail conjoint d’adhérents bénévoles engagés et d’une équipe de professionnels. Elle s’adresse à tous, enfants, jeunes et adultes. L’association Les Petits Débrouillards Grand Ouest est membre de l’Association Française des Petits Débrouillards et travaille ainsi en réseau avec 19 autres associations régionales.

Les Petits Débrouillards n’apportent pas de réponses toutes faites, ils font le pari que chacun peut construire sa propre compréhension du monde par l’expérimentation : réaliser une expérience avec du matériel de la vie quotidienne constitue une façon ludique d’appréhender des phénomènes complexes. Comprendre est une démarche volontaire et une source de plaisir pour celui qui apprend à faire confiance à son intelligence, sans forcément avoir des connaissances particulières, en frottant ses idées avec celles des autres. Observer, s’interroger, tâtonner, débattre : la démarche expérimentale est une antidote au dogmatisme. Elle encourage la curiosité, le partage des connaissances et l’esprit critique. Faire par soi-même reste la meilleure façon de comprendre. Chercher et faire ensemble est un petit pas vers un monde plus responsable et plus solidaire.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter le site Internet de l’association.

Biocoop Les 7 épis

Coopérative de consommateurs, membre du réseau Biocoop, née pour défendre un mode de vie bio et écologique, elle gère aujourd’hui cinq magasins et deux restaurants, sans jamais oublier ses racines militantes…

Tout a commencé en 1986, à Lorient. Quand un groupement de consommateurs bio décide de se constituer en coopérative et de créer un magasin, ouvert à tous, adhérent ou non, plutôt que de continuer à stocker les produits chez les uns et des autres. Ils étaient une centaine à l’époque. Ils sont plus de 20 000 adhérents aujourd’hui, qui gèrent désormais de cinq points de vente et de deux restaurants !

Pionnière, la coopérative a également activement participé à la création et au développement du réseau Biocoop dont elle fait toujours parti aujourd’hui et qui est devenu le premier réseau de magasin bio en France.

Fidèle à ses origines, elle conserve un esprit militant. Les 7 Épis s’engagent concrètement sur le territoire, auprès des consommateurs et des producteurs, pour une bio de qualité, solidaire, porteuse d’un vrai projet de société. Il faut dire, la coopérative compte parmi ses fondateurs des lorientais engagés et précurseurs dans leurs luttes environnementales et sanitaires. Comme Lylian Le Goff, médecin environnementaliste, auteur d’ouvrages sur l’alimentation bio, qui milite en faveur des cantines bio et contre les OGM. Ou Jean-Claude Pierre, co-fondateur de l’association écologiste « Eaux et Rivières de Bretagne », président de Nature et Culture et porte-parole du réseau Cohérence qui rassemble plus de 120 associations de paysans, consommateurs, écologistes, éco-constructeurs. Les 7 Épis poursuivent, depuis plus de 30 ans, le même objectif : développer l’agriculture biologique dans un esprit d’équité et de coopération en se basant sur des principes de solidarité (avec les producteurs, transformateurs et consommateurs), de qualité des produits (nous allons plus loin que le cahier des charges AB) et de transparence (traçabilité exigeante jusqu’au consommateur).